Vous aimez les challenges et pousser l'adrénaline à son maximum ?

Vous allez vous dépasser sur le couloir du Cerisier, une première expérience qui vous met réellement face à vous-même !

Vous partez du point le plus élevé de la station, le Pic Blanc : 3 330 m d’altitude, vue à 360° et sensation d’avoir atteint le toit du monde ! Ensuite, la première partie de la Sarenne vous attend. Une piste connue mondialement pour être très exigeante. Puis le couloir du Cerisier est à vous. Un couloir oublié, extrêmement raide qui n'accepte que les très bons skieurs !

Votre programme détaillé

La réussite de cette randonnée dépendra des aléas climatiques. Si les conditions nécessitent des aménagements ou la suspension de ce programme, nous vous préviendrons la veille.
Le matin
  • Rendez-vous à 8 h 45 à l’ESF des Grandes Rousses.
  • Distribution du matériel de sécurité avant le départ. Préparation du parcours : conditions d’enneigement, météo.
  • Départ à 9 h en direction du téléphérique du Pic Blanc pour atteindre le sommet, à 3 330 m.
  • Nous descendons la première portion de la piste de Sarenne, puis la piste de Cassini en direction du refuge du GUC.
  • Nous montons ensuite sur la crête pendant 30 minutes environ, pour atteindre le sommet du Couloir du Cerisier.
  • Descente côté est, jusqu’au lac du Cerisier.
  • Retour à l’ESF à midi.

Mise à disposition

  • Kit de sécurité (sac, pelle, DVA)

A apporter

  • Skis polyvalents
  • Casque
  • Eau
Freeride - Mon premier couloir
à partir de 60€/pers.
Cette sortie correspond au niveau : Pack Ride - confirmé
favorite

Ce qui vous marquera à coup sûr !

  • À 3 300 m d’altitude, le panorama, tout simplement à couper le souffle.
  • Un itinéraire apprécié des bons skieurs. La Sarenne : exigeante… mais le plaisir est à la hauteur !
  • Le refuge du GUC (Grenoble Université Club) : un monument qui a marqué la vie sportive locale. Il y a des dizaines d'histoires à raconter !
  • Et surtout, son premier couloir, on s'en rappelle toute sa vie !

Témoignages !

Enorme ! Pas de mots, si l'on m'avait parlé de ce couloir quelques années en arrière, jamais je n'aurai pensé pouvoir y poser une spatule !
Anne-Sophie